Faire sa lessive

Recette pour faire soi-même sa lessive avec des ingrédients simples et naturels

Ingrédients naturels pour fabriquer de la lessive et de l’assouplissant soi-même.

Ca y est, je me suis lancée et j’ai fait ma propre lessive pour la première fois ! *happy*

Jusqu’ici j’utilisais principalement une lessive liquide (écologique dans la mesure du possible), le problème, c’est qu’elle est systématiquement vendue en emballage plastique (pas franchement éco-friendly) et que ma Biocoop ne propose pas de recharge comme on peut en trouver dans certains magasins. Et puis, il faut bien avouer que la lessive, c’est un sacré budget. J’ai donc glané quelques infos sur des blogs ou sur YouTube, où les recettes ne manquent pas.

Faire soi-même sa lessive, ça semblait simple, rapide et super économique (j’ai lu « moins d’1€ pour faire un litre de lessive »), alors pourquoi s’en priver ?! En attendant de finir mon ancien stock de lessive, je me suis procuré les quelques ingrédients nécessaires à la fabrication, ils sont peu coûteux et on les trouve facilement en magasin bio. Pour ce premier essai, j’ai utilisé la recette de Béa Johnson du blog zerowastehome (dispo dans son livre « Zéro Déchet« ), qui est très simple. J’ai divisé les quantités par 2 car mes récipients ne sont pas assez grands, j’ai suivi les consignes à la lettre et tout s’est parfaitement déroulé jusqu’au moment de transvaser la préparation du saladier dans les bouteilles en verre : le saladier n’ayant pas de bec verseur et mon entonnoir étant trop petit, j’ai versé presque la moitié à côté ! *pas contente du tout* Au final, j’ai rempli une bouteille et la lessive est super. Pour la prochaine fois, je vais donc revoir mon matériel…

Côté assouplissant, j’ai également abandonné le produit traditionnel au profit du vinaigre blanc, une solution simple, super économique et efficace. La routine de lessive de la maison est donc maintenant entièrement revue, avec des produits naturels, une réduction drastique des emballages (le seul élément non recyclable me semble être le bouchon du flacon d’huiles essentielles), et des économies à la clé. Pour celles qui souhaitent tenter l’expérience, je vous partage les recettes de la lessive et de l’assouplissant maison ci-dessous.

{RECETTE} Pour 3 litres de lessive :

  • 100g de savon de Marseille rapé
  • 100g de cristaux de soude
  • 3 litres d’eau
  • huiles essentielles (facultatif)

Faire bouillir les 3 litres d’eau. Dans un grand récipient peser le savon de Marseille et les cristaux de soude. Mélanger tous les ingrédients et remuer jusqu’à parfaite dissolution (mixer un peu si nécessaire avec un mixeur plongeur). Verser la préparation dans un grand bidon ou plusieurs petites bouteilles (bien veiller à laisser de la place pour pouvoir secouer avant chaque utilisation de la lessive). Laisser reposer la préparation pendant 24h avant d’utiliser. Pour parfumer ma lessive, j’ai ajouté quelques gouttes d’huiles essentielles de lavande bio à la fin de la préparation, mais ce n’est pas obligatoire.

{RECETTE} Pour l’assouplissant :

  • vinaigre blanc
  • huiles essentielles

Dans un bidon ou une bouteille, verser le vinaigre blanc et ajouter 10 gouttes d’huiles essentielles environ pour 1 litre de vinaigre. Bien agiter, c’est prêt !

Bonne lessive ! 🙂

MinsGame

Minsgame, le défi minimaliste.

Tout d’abord, je vous souhaite à toutes et tous une très belle année 2016 ! J’espère qu’elle vous apportera tout ce que vous souhaitez, la santé, plein de belles expériences, de l’aventure et surtout beaucoup d’amour.

Pour commencer cette nouvelle année dans une bonne dynamique, je me lance, dès ce premier jour de janvier, dans le défi minimaliste « MinsGame ». Ce jeu dont le nom est la contraction des mots « minimalisme » et « game » a été inventé par Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus du blog « The Minimalists » et depuis il connait un certains succès parmi les apprentis minimalistes du monde entier.
Le jeu se déroule sur une période d’un mois et les règles sont plutôt simples, on se débarrasse chaque jour d’un peu de ses possessions : un objet le 1er, deux objets le 2, etc. jusqu’à la fin du mois. Au total, je devrai donc me défaire de 496 objets qui encombrent ma vie, ce qui n’est pas rien. Eh oui, j’ai choisi un mois à 31 jours 😉
Tous les types d’objets sont pris en compte : meubles, vêtements, livres, babioles… Et il faut dans la mesure du possible éviter de jeter en donnant ces objets à des proches ou des associations. En principe, les objets en question devront avoir chaque jour quitté le logement avant minuit. Cette dernière règle étant difficilement compatible avec une vie active (aller chaque jour chez Emmaüs, c’est quand même pas simple quand on travaille), je mettrai ma collecte journalière de côté avant de m’en débarrasser définitivement.

Les premier jours de « MinsGame » s’annoncent plutôt faciles, mais le défi va se corser sérieusement au fil du temps, d’autant plus que depuis mon déménagement en juin dernier je me suis déjà débarrassée de beaucoup de choses. Alors arrivée au 25ème jour, quand il va falloir éliminer 25 objets, puis dès le lendemain à nouveau 26… Ca ne va pas être simple mais je compte bien persévérer et aller jusqu’au bout.

Je vous propose de suivre mon défi chaque jour sur Instagram (@ekolovy), et une fois par semaine sur le blog pour un petit point d’avancée hebdomaire. C’est parti ! Et si vous aussi, vous vous lancez dans l’aventure « MinsGame » n’hésitez-pas à partager votre expérience.

 

Biocoop21

Biocoop21, la boutique bio éphémère 100% vrac à Paris pendant la COP21.

Biocoop21 – 14 rue du château d’eau – Paris 10ème

Tout juste de retour de la Biocoop21, je vous raconte ma visite dans cette boutique pas comme les autres. Biocoop21, c’est le magasin bio éphémère 100% vrac ouvert par Biocoop à l’occasion de la COP21 à Paris.
Derrière cette belle devanture turquoise du 10ème arrondissement, un espace regroupant plus de 250 références de produits en vrac, sans emballage. On y trouve de l’épicerie sèche (céréales, pâtes, riz, biscuits…), des fruits et légumes frais, du pain, un stand charcuterie et crèmerie, une sélection de thés, trois références de vin rouge, de l’huile, du miel, du sirop d’agave, des produits d’entretien (lessive, adoucissant, produit vaisselle, savon de Marseille)… Le principe, c’est de venir faire ses courses avec ses propres bocaux ou autres contenants réutilisables, et de repartir uniquement avec la quantité de produit désirée pour ne rien gaspiller et ne jeter aucun emballage. Pour ceux qui souhaitent s’équiper, la boutique propose un joli « bar à bocaux » et des petits sacs en coton à 1,20€.

Pour ma part, je suis venue en « touriste » car j’habite trop loin pour fréquenter cette boutique au quotidien, mais j’ai croisé des habitants du quartiers qui semblaient l’avoir vraiment adoptée et arrivaient avec sacs et bocaux. Le choix en épicerie est intéressant, mais ce qui m’a vraiment plu, c’est l’effort qui a été fait pour proposer des produits habituellement plus difficiles à trouver sans emballage : distributeur de miel, de vin, ou de produits d’entretien.
J’espère vraiment que ce concept séduira de nombreuses personnes car si les résultats sont positifs, il sera dupliqué dans les magasins Biocoop de France et rendra le mode de vie zéro déchet cher à Béa Johnson un peu plus accessible à tous. Une première bonne nouvelle a été annoncée ce jour : la boutique éphémère ne fermera pas ses portes à la fin du mois de décembre comme prévu, mais seulement fin février, la Mairie de Paris ayant souhaité lui donner une chance supplémentaire de convaincre. Bref, si vous souhaitez voir les boutiques de vrac fleurir près de chez vous, n’hésitez-pas à venir visiter la Biocoop21 !

Epicerie en vrac et sans emballage à la Biocoop21 à Paris.

Fontaine à vin rouge pour venir recharger ses bouteilles à la Biocoop21 à Paris.

Distributeur de Miel à la Biocoop21.

Le bar à bocaux de la Biocoop21.

Charcuterie et crèmerie vendue sans emballage à la Biocoop21 à Paris.

Rayon fruits et légumes bio à la Biocoop21.

Nuances de grès

Vaisselle en grès naturel, chez Landmade, dispo ici.

Voici quelques jours que je suis installée dans mon nouveau chez-moi, et c’est avec beaucoup de plaisir que je vous présente la nouvelle vaisselle qui accompagne nos repas.

Mon précédent appartement était tout petit, et je possédais seulement quelques assiettes. En m’installant dans un espace plus grand où je pourrai recevoir famille et amis, j’ai souhaité investir dans un service un peu plus conséquent. Mon choix s’est tout naturellement porté sur la collection de vaisselle en grès naturel du site Landmade (dont je vous parlais ici) qui mèle simplicité, authenticité et qualité.

Fabriquée dans une petite entreprise familiale située au Portugal entre les villes de Porto et Braga, cette céramique est le résultat d’un travail artisanal et d’un savoir-faire transmis de génération en génération. Sa teinte douce et son toucher très naturel donne envie d’y mettre de bons produits frais et sains pour les repas du quotidien. Bien rangée dans le placard de la cuisine, c’est même un plaisir de la regarder !

En optant pour une vaisselle artisanale plutôt qu’industrielle, et une matière naturelle comme le grès, je pense avoir fait le choix durable d’objets qui garniront notre table pendant de nombreuses années.

Pour tout savoir sur la fabrication artisanale de cette vaisselle en grès naturel, Landmade a réalisé un joli reportage photo à découvrir ici.