Faire sa lessive

Recette pour faire soi-même sa lessive avec des ingrédients simples et naturels

Ingrédients naturels pour fabriquer de la lessive et de l’assouplissant soi-même.

Ca y est, je me suis lancée et j’ai fait ma propre lessive pour la première fois ! *happy*

Jusqu’ici j’utilisais principalement une lessive liquide (écologique dans la mesure du possible), le problème, c’est qu’elle est systématiquement vendue en emballage plastique (pas franchement éco-friendly) et que ma Biocoop ne propose pas de recharge comme on peut en trouver dans certains magasins. Et puis, il faut bien avouer que la lessive, c’est un sacré budget. J’ai donc glané quelques infos sur des blogs ou sur YouTube, où les recettes ne manquent pas.

Faire soi-même sa lessive, ça semblait simple, rapide et super économique (j’ai lu « moins d’1€ pour faire un litre de lessive »), alors pourquoi s’en priver ?! En attendant de finir mon ancien stock de lessive, je me suis procuré les quelques ingrédients nécessaires à la fabrication, ils sont peu coûteux et on les trouve facilement en magasin bio. Pour ce premier essai, j’ai utilisé la recette de Béa Johnson du blog zerowastehome (dispo dans son livre « Zéro Déchet« ), qui est très simple. J’ai divisé les quantités par 2 car mes récipients ne sont pas assez grands, j’ai suivi les consignes à la lettre et tout s’est parfaitement déroulé jusqu’au moment de transvaser la préparation du saladier dans les bouteilles en verre : le saladier n’ayant pas de bec verseur et mon entonnoir étant trop petit, j’ai versé presque la moitié à côté ! *pas contente du tout* Au final, j’ai rempli une bouteille et la lessive est super. Pour la prochaine fois, je vais donc revoir mon matériel…

Côté assouplissant, j’ai également abandonné le produit traditionnel au profit du vinaigre blanc, une solution simple, super économique et efficace. La routine de lessive de la maison est donc maintenant entièrement revue, avec des produits naturels, une réduction drastique des emballages (le seul élément non recyclable me semble être le bouchon du flacon d’huiles essentielles), et des économies à la clé. Pour celles qui souhaitent tenter l’expérience, je vous partage les recettes de la lessive et de l’assouplissant maison ci-dessous.

{RECETTE} Pour 3 litres de lessive :

  • 100g de savon de Marseille rapé
  • 100g de cristaux de soude
  • 3 litres d’eau
  • huiles essentielles (facultatif)

Faire bouillir les 3 litres d’eau. Dans un grand récipient peser le savon de Marseille et les cristaux de soude. Mélanger tous les ingrédients et remuer jusqu’à parfaite dissolution (mixer un peu si nécessaire avec un mixeur plongeur). Verser la préparation dans un grand bidon ou plusieurs petites bouteilles (bien veiller à laisser de la place pour pouvoir secouer avant chaque utilisation de la lessive). Laisser reposer la préparation pendant 24h avant d’utiliser. Pour parfumer ma lessive, j’ai ajouté quelques gouttes d’huiles essentielles de lavande bio à la fin de la préparation, mais ce n’est pas obligatoire.

{RECETTE} Pour l’assouplissant :

  • vinaigre blanc
  • huiles essentielles

Dans un bidon ou une bouteille, verser le vinaigre blanc et ajouter 10 gouttes d’huiles essentielles environ pour 1 litre de vinaigre. Bien agiter, c’est prêt !

Bonne lessive ! 🙂

Cuisine Green

Livre de recette de cuisine végétarienne green
« Green Smoothies, la bible » de Fern Green, dispo ici
« Protéines vertes, la bible » de Fern Green, dispo ici

Au rayon cuisine végétarienne, ma bibliothèque « green » vient de s’enrichir de nouveaux ouvrages : « Green Smoothies, la bible » et « Protéines Vertes, la bible » de Fern Green, publiés aux éditions Marabout. Petit format, design épuré, jolies images sur fond blanc, style simple et didactique, je suis déjà conquise !

 « Green Smoothies »
Ce premier volume a été publié il y tout juste un an et contient 66 recettes de jus, smoothies, shots et laits. On y trouve aussi des indications pour concocter sa cure de detox maison (plus économique que l’achat de jus, et on peut adapter les recettes à ses goûts).
Un minimum de matériel est requis pour la préparation des recettes : un extracteur de jus pour les recettes de jus, et un blender pour les recettes de smoothies. Chaque recette est illustrée d’une petite bouteille contenant le jus (la couleur du produit fini est parfois surprenante, mais cela donne super envie) et on trouve une indication de goût : salé ou légèrement sucré etc, et ses principaux bienfaits : bénéfique pour la peau, stimule le cerveau etc. De belles de recettes pour nettoyer et booster son organisme.

 « Protéines Vertes »
Dernier ouvrage de l’auteur, « Protéines Vertes » vient juste d’être publié et présente 66 recettes d’en-cas, soupes, salades, plats et même desserts à base de protéines végétales. Les recettes, riches en fibres et antioxydants sont toutes plus appétissantes les unes que les autres et cela donne vraiment envie de cuisiner végétarien.
En introduction, on trouve de précieuses infos sur les protéines végétales, la manière de les cuisiner (temps de trempage ou germination des graines), et un tableau pour créer ses propres recettes une fois celles du livre épuisées, mais il y a déjà de quoi faire ! Pour chaque recette, la quantité de protéines par part est indiquée afin de remplacer facilement la viande au quotidien et être en pleine forme.

Si vous aimez les jolis livres de recettes green, je vous conseille donc ces deux ouvrages qui proposent un grand choix pour une alimentation santé pas « boring » du tout.

Green Smoothies, la bible - de Fern Green

Protéines Vertes, la bible - de Fern Green

Mooncup

Coupe menstruelle Mooncup
Début de semaine avec un sujet spécial filles (pas du tout) glamour, mais super utile et intéressant.

Au cours de sa vie, une femme utilise au moins 11 000 protections périodiques jetables (serviettes ou tampons) qui finissent toutes dans une décharge, incinérées ou au pire dans la mer. La production de ces protections jetables génère elle aussi des déchets conséquents, nécessite l’utilisation de produits chimiques et d’eau en quantité. L’impact écologique de tels produits à l’échelle mondiale pose donc une vraie question puisque nous ne sommes aujourd’hui pas capables de gérer ces quantités astronomiques de déchets.

Au delà de la dimension écologique, les protections jetables ont un coût très élevé pour toutes les femmes qui les utilisent. J’ai fait le calcul, et au rythme d’achat d’un paquet par cycle, ce qui doit être la moyenne, le coût est de 50€ par an, soit autour de 2000€ dans une vie ! De quoi s’offrir un très beau voyage…

Et enfin, côté santé, ce n’est pas la panacée non plus : on nous présente des produits toujours plus « technologiques » censés absorber l’équivalent d’une baignoire alors que le besoin réel se situe plutôt autour du verre à liqueur, éviter les odeurs, être toujours plus discrets etc. Et pour cela, on utilise tout un tas de produits chimiques qui seront en contact direct avec la peau et les muqueuses (agents blanchisseurs de type eau de javel, etc.), inutile donc de s’étonner de l’augmentation des mycoses et autres soucis gynécologiques.

La solution ? La coupe menstruelle, une petite coupe en silicone hypoallergénique réutilisable. On la met en place lorsque l’on a ses règles, elle sert de réceptacle, on la vide et la rince lorsque c’est nécessaire, et lorsque c’est fini, on la nettoie bien en la faisant bouillir et on la range jusqu’à la prochaine fois. Une coupe menstruelle coûte entre 15 et 30€, il existe plusieurs tailles pour s’adapter à chacune (en fonction de l’âge et du fait d’avoir eu ou non des enfants) et dure jusqu’à 10 ans. La coupe menstruelle est donc une véritable alternative économique et écologique aux protections jetables.

Mon expérience en la matière est encore récente, et je dois avouer que face à ma MoonCup® la première fois j’étais un peu perplexe… J’ai lu la notice d’utilisation en entier avant de me lancer, et j’ai très vite pris le coup de main. Bien sur, il faut avoir une certaine aisance avec son corps, ne pas avoir peur de la vue du sang, mais c’est la nature après tout 😉 Au final, c’est pratique (plus besoin de trimballer tout un attirail dans son sac à main, on vide toutes les 12 heures, de quoi faire une journée de travail sans se soucier de rien), c’est économique (30€ max. tous les 10 ans, ça donne envie, non ?!), la sensation de « liberté » est inégalée (pour le sport, pour la plage, pour la nuit)… Bref, ça change la vie !

Question pratique, on ne trouve pas de coupes menstruelles dans les grandes surfaces, ni même dans les pharmacies, le lobbying des industriels de la protection jetable est puissant et passer d’un achat tous les mois à un achat tous les 10 ans, ça n’est évidemment pas très bon pour leur business. En revanche, on trouve un grand choix sur Internet (attention aux prix trop bas, choisissez un produit sûre, il s’agit de votre santé quand même !) et dans certains magasins bio, vous pouvez même vous faire plaisir car on en trouve maintenant de couleur ou avec des paillettes.

Klean Kanteen

Gourde Klean Kanteen

Depuis le printemps, la gourde a fait son retour dans ma vie. Jusque-là, elle était restée bien rangée au rayon « enfance » avec ses mauvais souvenirs de plastique au goût bizarre, de truc pas bien propre et cheap. C’est grâce à Bea Johnson, créatrice du blog « zero waste home » et auteur de « Zéro Déchêt » que j’ai commencé à reconsidérer l’utilité de la gourde.

Après quelques recherches, j’ai opté pour un modèle classique de chez Klean Kanteen (dispo ici), en acier inoxydable, avec un large goulot et un bouchon à vis. Elle est très facile à nettoyer, ni trop petite ni trop grande, garantie à vie (oui, oui !) et son style minimaliste me plait beaucoup.

Chaque jour, je la glisse dans mon sac avant de partir travailler et je la remplis d’eau fraîche à la fontaine de la cafétéria de mon entreprise. C’est devenu une bonne incitation à boire régulièrement, et cela évite les bouteilles en plastiques qui avaient l’habitude de trainer et chauffer pendant des semaines sur un coin de mon bureau. Au début, c’est vrai que l’on fait un peu figure d’ovni aux yeux des collègues, mais le côté esthétique et pratique prend vite le dessus. Je crois qu’elle fait même envie à certains…

A noter : on peut emporter une gourde partout, et à l’aéroport, on vide la gourde avant de passer le contrôle de sécurité et on peut la remplir à nouveau juste après.

Pour en savoir plus sur Klean Kanteen  www.kleankanteen.com

Gourde Klean Kanteen