Ras-le-bol des écolos

Ras-le-bol des écolos de Maud Fontenoy
Je viens de terminer « Ras-le-bol des écolos » de Maud Fontenoy, un petit livre bien ficelé à la philosophie positive.

Je ne vous fait pas l’article sur l’auteur, Maud Fontenoy est une navigatrice française, devenue célèbre dans les années 2000 pour ses exploits en mer. Appréciée du grand public et des médias, c’est aujourd’hui une maman qui se bat pour la préservation des océans notamment à travers sa fondation « Maud Fontenoy Fondation ».

Le propos de l’auteur est clair dès la couverture, elle écrit ce livre pour exprimer son ras-le-bol face aux partis écologistes et leurs hommes politiques qui limitent la parole écologique à celle d’un parti. Pourquoi le développement durable serait-il réservé à la gauche, comme une vieille tradition, « comme si penser au bien-être des Hommes en se préoccupant de préserver les ressources naturelles de notre planète était l’affaire d’un seul parti ! ».

Le bilan de l’état de la planète est complet et Maud Fontenoy maîtrise son sujet. Ce qui m’a plu, c’est la façon positive d’aborder le sujet, loin des discours alarmistes et culpabilisants qui paralysent plus qu’ils n’encouragent à l’action. Son plaidoyer en faveur d’une écologie transverse à tous les partis, placée au delà de tout combat politicien m’interpèle particulièrement, car je partage son souhait.

Par opposition à l’idéologie partisane et ses beaux discours, la navigatrice propose une écologie pragmatique, que chacun puisse pratiquer au quotidien et qui s’intègre dans nos modes de vie. Elle refuse l’idée de la décroissance et croit fermement qu’il est possible de faire rimer écologie et économie dans une démarche vertueuse, génératrice de croissance et d’emploi. L’écologie telle que Maud Fontenoy la conçoit est résolument positive à tous points de vue : pour la planète, pour les Hommes, leur bien-être, leur santé, et pour l’économie.

Face à une urgence climatique clairement énoncée, c’est une démarche individuelle et quotidienne qui est proposée avec le retour à des produits simples, naturels, et à la pratique d’éco-gestes pour les adultes, mais également pour les enfants, public que l’auteur apprécie particulièrement. Chaque jour, nos choix dessinent l’avenir, et c’est avec notre carte bleue que nous votons constamment pour une consommation plus responsable.

Bien entendu, le milieu marin est très présent tout au long du livre. Maud Fontenoy considère les océans comme un immense vivier de solutions aux problématiques écologiques aujourd’hui sans réponses, les fonds marins restant aujourd’hui largement inexplorés.

Ras-le-bol des écolos, de Maud Fontenoy – Dispo ici

Sephora recycle

Flacon de parfum vide

Depuis 2010, l’enseigne de parfumerie Sephora essaie de réduire son empreinte écologique en recyclant ses flacons testeurs en verre.

Chaque année, elle envoie ainsi 200 tonnes de flacons au recyclage. Il faut noter que les flacons de la majorité des grandes marques de parfum sont de telles œuvres d’art, travaillées, façonnées, colorées, de telle sorte qu’on ne peut pas simplement les jeter dans son conteneur à verre. Ils doivent, pour vivre une nouvelle vie, faire l’objet d’un traitement spécifique.

D’où l’intérêt de la démarche de Sephora qui propose aujourd’hui à ses client se venir en magasin avec leur flacon de parfum vide (flacons en verre uniquement, hors miniatures et échantillons) pour bénéficier de 20% de réduction sur l’achat d’un nouveau parfum.

Bon point : cette offre ne devrait à priori pas être limitée dans le temps, ce ne serait donc pas un simple « coup de pub » mais bien un réel engagement de l’enseigne. Pensez-y avant d’aller faire vos achats de Noël !

Infos sur www.sephora.fr

Kure Bazaar

Vernis à ongles Kure Bazaar

L’image « baba cool » qui collait à la peau des écolos a définitivement du plomb dans l’aile. Oui, aujourd’hui on peut penser développement durable sans sacrifier à l’esthétique et au style. Kure Bazaar en est une nouvelle illustration.

Cette marque de vernis à ongles d’un nouveau genre est née de l’imagination d’une femme, Kartika Luyet, ancien mannequin, qui lors de sa première grossesse a eu une véritable prise de conscience sur ce qu’elle mettait sur son corps, bien au delà de l’alimentation.

Kure Bazaar affiche une promesse alléchante : 85% d’ingrédients d’origine naturelle (pulpe de bois, coton, maïs, pomme de terre, blé…) et pas de substances chimiques comme le toluène ou le formaldehyde, souvent contenus dans les vernis. Sa philosophie : préserver la vitalité de l’ongle et son cycle de renouvellement naturel.

Composée de coloris intemporels, flashy, et tendances, la palette de couleurs n’a rien à envier aux plus grandes marques. On trouve également les incontournables bases et top coat.

Enfin, côté « performances » le résultat est à la hauteur de mes espérances. Jusque là, ma référence était la marque Essie et sa couleur « Clambake » (ma préférée) dont la tenue et la brillance sont irréprochables.

Pour mon premier achat, j’ai opté pour la base transparente « First Base », et le rouge foncé « Chérie » pile dans la tendance ; de quoi réchauffer joliment ma peau blanche cet hiver.

Soap

Savon artisanal à l'huile d'Olive dans une coupelle Ekobo

Savon artisanal à l’huile d’olive de Crète
Coupelle « mini tempo » Ekobo, dispo ici

Chaque jour, 50 000 flacons de gel douche sont vendus en France. Jusque récemment, j’étais aussi une bonne cliente du gel douche… Il y avait souvent plusieurs flacons entamés sur le bord de ma douche, et les produits défilaient. C’est au printemps dernier que j’ai décidé de passer au savon. Pas encore vraiment fixée sur un « modèle » en particulier (vos suggestions sont les bienvenues :-)), j’expérimente différents produits, mais suis déjà complètement convaincue que j’ai gagné au change. Voici pourquoi :

>> Durable
C’est un fait avéré, un flacon de gel douche dure beaucoup moins longtemps qu’un simple savon. Plus la qualité du savon est bonne, plus il durera dans le temps (compter environ 3 flacons de 200ml pour 1 seul savon). Avec un coût souvent bien inférieur à celui du gel douche, le savon fait du bien à votre porte-monnaie.

>> Naturel
Si les gels douche rivalisent de composants chimiques pour proposer sans cesse de nouvelles senteurs, textures, et couleurs, le savon contient des ingrédients plus naturels et évite les produits toxiques. On trouve facilement dans le commerce des savons aux compositions tout à fait correctes et à petit prix.

>> Sain
Un simple savon n’est pas un abrasif, il nettoie sans altérer le film protecteur naturel de la peau. Comme il ne mousse pas à l’extrême, il se rince facilement et rapidement (faites le test, c’est bluffant) pour des économies garanties sur la facture d’eau. Enfin, il ne laisse pas de résidu sur la peau, elle sèche donc plus vite à la sortie de la douche.

>> Ecologique
Emballé simplement, sans suremballage, le savon génère peu de déchets (il peu même s’acheter en vrac ou à la coupe) qui sont le plus souvent recyclables. Les coûts de transport et de manutention sont également réduits.
Astuce : pour éviter de gaspiller, on peut même garder les petits morceaux de savon lorsqu’ils sont trop petits pour être utilisés sous la douche, et les faire fondre pour créer un nouveau savon.

Bref, le savon donne envie de chanter sous la douche 😉

Pour approfondir le sujet, je vous suggère le reportage « Gel douche – Peaux sensibles s’abstenir », diffusé sur France 5.